Les grandes avancées de la chirurgie esthétique du nez

Post-opératoire Rhinoplastie
Conseils post-opératoires rhinoplastie
1 novembre 2019
Septoplastie
Septoplastie : les soins post-opératoires
10 février 2020
Show all
Rhinoplastie Tunisie

Le développement des critères esthétiques faciaux peut être retracé sur plusieurs centaines d’années et sur différentes populations. Les techniques de chirurgie esthétique du nez ont passé par un processus révolutionnaire plus rapide après les guerres mondiales. La reconstruction du nez a bénéficié d’un grand nombre de blessures complexes des guerriers de la bataille mondiale.

Bien que la compréhension de l’anatomie humaine et les conséquences de l’excision chirurgicale ait occupé les esprits des fondateurs de la rhinoplastie, le processus a évolué vers la préservation des structures de soutien et de maintien des fonctions physiologiques du nez.

La rhinoplastie moderne a commencé au début du XXe siècle avec les travaux du pionnier Jacques Joseph (1865-1934), un chirurgien allemand qui a non seulement mis les fondements d’une chirurgie reconstructive, mais qui a eu une profonde compréhension sur les besoins psychologiques des patients.

La compréhension de l’anatomie faciale est à la base de la pratique de la chirurgie esthétique du nez. Cette approche révolutionnaire de la chirurgie esthétique faciale, a trouvé son chemin de Europe aux Etats-Unis grâce aux efforts de Jaques Joseph et d’autres qui ont également poussé à la pratique de la chirurgie basée sur la compréhension anatomique et la recherche.

L’approche utilisée par ces “pères fondateurs” de la rhinoplastie a souvent été appelée approche « fermée ». Le terme « fermé » est imprécis, car il implique une approche aveugle des structures nasales…Dans la première moitié du XXe siècle, la chirurgie endo nasale impliquait souvent l’élimination des quantités excessives de septum et de cartilage. La septoplastie de Killian impliquait une résection sous-cutanée de grandes quantités du septum. Au départ, les effets secondaires à court terme d’une telle approche n’étaient pas inquiétants. Cependant, au fil du temps, il est évident de vérifier que cette approche comportait des limites majeures. Dans les années 1960, Cotte a introduit des techniques pour éviter la perte d’une quantité du cartilage. Cela a conduit à remodeler la rhinoplastie de la réduction tout en conservant le septum. Malgré les lacunes, le processus de réduction du nez s’est poursuivi jusqu’aux années 1970 et les acquis ont servi de toile de fond au prochain grand pas.

Au début de 1970, F. Padovan, a présenté son approche de la rhinoplastie externe à la première réunion de l’American Académie of Facial Plastic and Reconstructive Surgery.

Les techniques chirurgicales en provenance de Yougoslavie n’étaient pas à l’époque au premier rang des priorités au niveau international ; néanmoins, les chirurgiens canadiens, puis américains, ont rapidement compris l’importance de son travail et adopté les techniques de Padovan.

La vague des changements qui a affecté la chirurgie du nez a rapidement atteint l’Europe. Depuis son avènement, l’approche externe de la rhinoplastie a été le cheval gagnant entre les mains des chirurgiens esthétiques.

Essentiellement, la rhinoplastie externe une approche externe permet au chirurgien de visualiser, d’évaluer et de modifier les structures du nez. La chirurgie esthétique du nez forme l’épine dorsale de la chirurgie esthétique du visage. La meilleure avancée de la chirurgie esthétique du nez est la mise en place de greffons artificiels ou naturels pour changer la forme et la courbature du nez. Ces greffes sont souvent mises en place avec d’autres types de sutures et nécessitent un haut niveau d’expertise technique pour obtenir d’excellents résultats.

Les partisans de l’approche externe invoquent souvent de nombreux autres avantages de ce type de chirurgie, y compris la cicatrice columellaire peu visible, l’exposition complète du champ d’opération qui permet à l’assistant ou au chirurgien stagiaire d’apprécier les étapes chirurgicales et la modification méticuleuse des cartilages.

 

Malheureusement, aucune école de rhinoplastie n’est absolument parfaite pour chaque scénario, sinon tous les chirurgiens adopteraient une approche et un ensemble de techniques uniques. Les étudiants en chirurgie ne sont souvent formés qu’à une seule technique et reproduisent les méthodes de leur professeur. De cette manière, les fondations de la stagnation sont renforcées à chaque génération, et les progrès chirurgicaux deviennent moins probables.

La grande majorité des chirurgiens esthétiques ne souhaitent pas effectuer de grands changements dans l’apparence du nez. Les plaintes les plus courantes, comme une grosse bosse dorsale ou un nez disproportionné, n’exigent pas une approche externe pour la modification. Les mêmes résultats peuvent être obtenus par une approche endonasale sans les risques d’œdèmes prolongés et de greffes multiples pour reconstruire le nez.

Le nombre de greffes décrites pour la rhinoplastie soulève des questions sur la nécessité d’une telle pléthore de matériaux et de méthodes utilisés pour refaçonner les lignes de surface et les ombres du nez. Le choix du matériel de greffe est essentiel, car les meilleurs résultats exigent des quantités adéquates du septum qui a été probablement enlevé.

Les photographies cliniques constituent aujourd’hui la base de l’analyse faciale. Le chirurgien de la rhinoplastie hybride doit trouver un équilibre raisonnable entre la mesure du nombre des contours faciaux et la forme du nez voulue.

En d’autres termes, l’analyse faciale de la rhinoplastie doit avoir des applications cliniquement pertinentes qui auront une incidence sur la planification opérationnelle. La vue frontale fournit des informations de base sur les proportions faciales, et sur le subtil jeu de la lumière et de l’ombre sur le nez. Avec la lumière provenant d’une source centrale, la ligne médiane du nez devrait apparaître brillante car elle réfléchit la lumière vers l’arrière de l’appareil. Les bordures avec ombres latérales forment un point de repère important souvent négligé par les médecins.